Magazine chrétien des Femmes Singulières et Spirituelles

10 conseils pour négocier le prix de votre maison

0 12

Avec Dieu, tout est possible…et même une bonne réduction sur le prix d’acquisition de votre future maison. Bien que les négociations de prix pour biens mobiliers ne sont pas des phénomènes rares, elles ne suivent pas une règle bien automatique. Nous partagerons dix conseils qui vous aideront à mieux aborder vos négociations.

femme-bisou-tirelire-femmesprit

1. Étudiez bien le marché immobilier
Après avoir bien défini la zone où vous souhaitez acheter ainsi que le type de bien que vous souhaitez acquérir, allez à la chasse des prix. Faites le tour des agences immobilières de votre zone de recherche afin de connaître à combien se vend le type de biens immobiliers que vous recherchez. Faites bien attention aux offres de particuliers que vous pourrez trouver sur des sites internet car celles-ci sont souvent surestimées et vous conduiront donc à avoir une idée fausse du prix réel.

2. Proposez toujours un prix plus bas
Il n y a pas de règle stricte quant au prix à proposer qui peut aller de 0 à 50% de moins que le prix initial proposé par le vendeur. L’objectif premier étant toujours de commencer avec un prix plus bas que celui qui est proposé et de remonter légèrement au fur et à mesure qu’évoluera la négociation qui ne devra jamais se faire au téléphone. Pourquoi éviter le téléphone ? Tout simplement parce que si vous importunez le vendeur, il peut se permettre de vous raccrocher au nez ce qui est plus facile que de vous mettre à la porte de chez lui.

3. Traquez les petits renards
Ah oui, ce sont les petits renards qui ravagent les grandes vignes …et à quel point c’est vrai dans le cadre de la négociation immobilière. Prenez votre temps pour relever tous les petits défauts que vous trouverez. Oui cherchez et vous trouverez certainement que l’isolation dans certaines pièces de la maison n’est pas optimale, qu’il faudra refaire la peinture de la terrasse, que le logement est mal situé…tous ces petits défauts vous aideront à bien argumenter la réduction du prix que vous souhaitez.
Cependant, dans ce petit jeu que nous appellerons « cherchez et vous trouverez » allez-y doucement et soyez équilibré pour tout de même montrer que le bien vous intéresse tout en restant aimable avec le vendeur. Ce n’est pas très intéressant s’il décidait de ne pas vous vendre parce que vous êtes trop négative.

4. Demeurez lucide
Nous aimons toutes les soldes mais nous les aimons d’autant plus lorsque nous sommes certaines que les prix finaux sont vraiment intéressants. Ah oui, ce n’est pas parce que votre vendeur vous annonce un prix de rabais de 80% que vous devez forcément vous jeter sur cette occasion. Comparez toujours le prix final proposé par le vendeur au prix réel pratiqué sur le marché. Si le prix initial proposé est très haut par rapport à celui du marché même après une réduction de 20% ou 30% le prix peut toujours demeurer très élevé alors restez lucides.

5. Gare aux annonces des particuliers!
Très souvent les annonces présentées par les agences immobilières sont généralement à peu près à 20% de leur valeur réelle contrairement à celles faites par des particuliers qui se permettent parfois de proposer des prix exorbitants.

6. Enquêtez sur le temps
Menez votre petite enquête pour connaitre la date de première mise en vente du bien? Depuis sa mise en vente, le prix du bien a-t-il connu des rabais ? Si le bien est en vente depuis plusieurs mois déjà alors soit le prix est trop élevé, soit ce bien comporte véritablement des désavantages qui découragent les futurs acquéreurs. Dans ce cas, vous pouvez joué serré dans les négociations.

7. Soyez discrète sur votre budget
Gardez-vous bien de révéler au vendeur le budget que vous avez prévu. Si vous le faites, le vendeur restera accroché au montant que vous lui avez annoncé et ne fera pas beaucoup d’efforts de son côté, cela réduira ainsi votre marche de manœuvre.

8. Maîtrise de soi et patience, parties utiles du fruit de l’Esprit
Ne soyez pas impatientes de trouver votre cocon doré, cela pourra vous conduire à prendre la mauvaise décision. De plus, si le vendeur sait que vous êtes pressée, cela pourra jouer en votre défaveur et il sera moins enclin à baisser son prix. Montrez-vous enthousiaste mais pas pressée tout en gardant à l’esprit que d’autres personnes pourraient être intéressées par ce bien. Lorsque vous proposerez votre prix, prenez le temps de rappeler le vendeur quelques semaines plus tard au cas où le bien n’aurait pas été vendu et proposez lui à nouveau votre prix, oui soyez persévérante !
Cependant, si vous constatez que le vendeur est pressé de vendre, utilisez cet argument pour bien mener votre négociation.

9. Demeurez aimable et cordiale
Qu’importe votre désir d’acquérir le bien et/ou de la rigidité du vendeur, faites tout votre possible pour rester aimable, ouverte et paisible. A prix égal, un vendeur sera plus enclin à vendre à une personne aimable qu’à une autre qui est fermée et rigide. Par ailleurs, même si en fin de compte, vous n’acquerrez pas le bien, vous aurez au moins fait la rencontre d’une nouvelle personne et qui sait le vendeur peut ou pourra avoir d’autres bien en vente !

10. Demandez tous les documents
Dans certains pays, il existe des documents qui sont obligatoires tels que les certificats PEB (Performance Énergétique des Bâtiments) et contrôle technique en Belgique. Nous vous conseillons donc dès la visite de demander au vendeur s’il est déjà en possession de ces pièces ou si du moins il a déjà fait la demande pour l’avoir. Sachant que si le contrôle technique s’avère non conforme, des travaux seront à prévoir. Vous pourrez donc utiliser cet élément pour pousser le vendeur à revoir le prix en votre faveur.

Armez de ces conseils, nous sommes persuadés que vous êtes à un doigt d’acquérir votre bien immobilier.

A bonne lectrice….bénédictions

Francine

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.