Magazine chrétien des Femmes Singulières et Spirituelles

3 clés pour guérir de son enfance et devenir un parent équilibré

0 68

« Alors, si quelqu’un est uni au Christ, il est créé à nouveau. Ce qui est ancien est fini, ce qui est nouveau est là »
2 Corinthiens 5.17

Tout parent a d’abord été un enfant. Ce sont deux étapes complémentaires de la vie. Nous pensons que pour jouer le rôle de parent sainement, il est nécessaire de faire le bilan de son enfance.

Pour cela, je vous propose 3 clés qui vous aideront à faire cette introspection pour devenir des parents équilibrés et aimants.

  • Identifier les schémas négatifs reçus ou vécus

Il est important de jeter un regard sur son passé. Notre enfance est faite d’histoires vécues ou écoutées. Il est bon d’y songer attentivement et identifier les choses qui ont fait notre chagrin. Il faut faire le bilan. Nous devons découvrir ce qui fait mal pour administrer le traitement qu’il faut pour en guérir. On le fera soi-même ou on demandera de l’aide au besoin. Par-dessus tout, Dieu est celui qui guérit nos cœurs, nous décharge de nos fardeaux lorsqu’on décide de les déposer au pied de sa croix. Pour cela, il faut identifier ce qui est un poids, le porter et l’amener vers le libérateur.

  • Pardonner

Oui, nous devons pardonner à nos propres parents leurs imperfections. C’est une étape pour sortir du cercle de l’enfance blessée et entrer dans celui de l’enfance guérie. Le pardon est aussi pour les autres proches dont les paroles et actions ont écrit en noir sur nos vies. Certainement, il n’y a rien que Dieu ne puisse gommer. Il arrive que ce ne soit ni nos parents, ni nos proches qui posent problème. Des fois, on a fait quelque chose et on ne se pardonne pas cette erreur. Le pardon, c’est également pour soi. Si vous êtes dans ce cas, rappelez-vous que personne n’est parfait et pardonnez-vous.

  • Décider d’être bienveillant envers soi

Etre parent est une nouvelle aventure. Pour cela, nous avons besoin d’y croire. Nous devons être positifs, croire en Dieu qui ne nous demande rien au-delà de nos forces, croire que nous sommes des créatures merveilleuses, attendre du bon de notre fonction de parent. Il ne s’agit pas de se comparer à ses propres parents. Ils ont fait leur aventures, à nous de faire les nôtres. Refusons la contagion concernant ce qui est mauvais, sans nous comparer à nos parents pour ce qui est positif. Soyons nous-mêmes ! Soyons simplement les parents de nos enfants, soyons équilibrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.