Magazine chrétien des Femmes Singulières et Spirituelles

Prêt immobilier: réduisez la facture du banquier

0 10

C’est fait, vous avez pu négocier astucieusement le prix de votre futur bien immobilier. La prochaine étape à franchir est la visite chez votre banquier qui vous aidera à financer l’achat de votre maison de rêve. Les idées qui suivent vous permettront de bien préparer ce moment.

Le financement octroyé par les banques n’est pas gratuit. En effet, celles-ci exigent le paiement d’un intérêt. Aujourd’hui, les taux d’intérêt pratiqués par les banques sont parmi les plus bas de l’histoire. Cependant, les banques hésitent à accorder plus de prêts hypothécaires notamment à cause de la récente crise financière qui a secoué le monde et dont la principale cause était l’ouverture de crédit aux personnes qui ne possédaient pas les garanties financières suffisantes. De ce fait, les banques sont devenues plus prudentes. Comme toujours, le banquier souhaite limiter ses risques en choisissant les dossiers de crédit des clients qui possèdent une certaine sécurité financière : travail stable à durée indéterminée, un profil de bon gestionnaire soit une épargne régulière, une faible quantité de crédit à la consommation, une bonne maîtrise de ses dépenses, des perspectives de carrière prometteuses, l’âge (plus le demandeur est jeune mieux c’est), une bonne santé (parfois, le banquier vous demandera votre poids, une situation d’obésité pourrait être compromettante). Mesdames, nous avons donc une raison supplémentaire pour perdre quelques kilos !

Il est bon de connaître le contexte actuel mais pour nous chrétiennes, recourir à la prière tout en faisant confiance à Dieu doit être notre manière privilégiée d’opérer. Contrairement à ce que toutes les personnes pensent, il est tout à fait possible de négocier avec votre banquier afin de réduire votre note, les réductions peuvent se faire à différents niveaux: les taux d’intérêt, les frais d’étude de dossier, les assurances, les services annexes,

Réduire les taux d’intérêt
La somme d’argent versée à la banque pour s’acquitter de sa dette mensuelle comporte deux éléments: une part du capital emprunté qui sera remboursé et les intérêts qui
viendront rémunérer le service d’emprunt offert par la banque. Plusieurs types de remboursement sont possibles mensuel, annuel, trimestriel…mais généralement et
surtout pour les particuliers le remboursement se fait mensuellement.

Imaginons un emprunt de 200.000 euros pour l’achat d’un appartement sur 20 ans avec un remboursement mensuel au taux de 3%.
La charge d’intérêt pour le premier mois sera de 200.000 *3%=600 euros tandis que le
montant de capital remboursé ou amorti sera de 200000/ (20*12)=833.33euros.
Il faut savoir que les taux sont d’autant plus élevés que les périodes d’emprunt sont longues, ce qui est normal vu que le banquier prend plus de risque sur le long terme. Ainsi, les taux d’intérêt sur 10 ans sont moins élevés que ceux sur 20 ou 25 ans.

Vous pouvez négocier une réduction du taux d’intérêt, même une petite réduction de 0.01% peut se faire ressentir sur le long terme alors n’hésitez pas à négocier en mettant en avant votre passé de bon gestionnaire, votre fidélité à la banque s’il s’avère que vous êtes cliente de cette banque depuis plusieurs années, faire miroiter au banquier le fait que vous serez prête à leur confier votre salaire ou la possibilité que vous pourrez avoir de souscrire à d’autres produits bancaires ou assurantiels que le banquier pourra vous proposer (assurance habitation, assurance incendie, épargne…).

2. Négociez le coût de l’assurance
Pour toute souscription d’un crédit immobilier, vous devrez prendre une assurance DIIT (Décès, Invalidité, Incapacité de Travail) qui assure au banquier qu’il continuera de recevoir les mensualités s’il vous arrivait l’une des situations difficiles susmentionnées. Généralement, le banquier vous proposera de souscrire à cette assurance au sein de sa banque. Vous n’êtes en aucun cas obligé de le faire. Vous pouvez très bien analyser les différents tarifs pratiqués par la concurrence et consentir à prendre celle qui vous paraît la plus intéressante.

Par ailleurs, si vous décidez quand même de prendre celle proposée par la banque qui vous accorde le crédit hypothécaire, n’hésitez pas en utilisant les arguments précités à demander à votre banquier de consentir à une réduction.

3. Rogner les frais d’étude de dossier
Pour l‘étude de votre dossier, la banque vous demande de payer des frais. Ces frais dépendent des éléments comme votre profil d’emprunteur (plus votre cas est complexe, plus les frais pourraient être élevés); le nombre de rendez-vous nécessaires afin de procéder à l’analyse complète de votre demande. Pour réduire au maximum le nombre de rendez-vous, faites tous vos efforts pour être bien préparée en rassemblant en amont toutes les pièces qui seraient susceptibles de vous être demandées, en voici un exemple non exhaustif :
 La demande de prêt remplie et signée
 Les documents relatifs à l’emprunteur
 Vos bulletins de salaire si vous êtes salariée
 Vos autres documents dans le cas échéant où vous aurez d’autres types de revenus (immobiliers, mobiliers, pension, allocations familiales…)
 Votre pièce d’identité
 Vos trois (3) derniers extraits bancaires mentionnant votre loyer actuel en tant que locataire
 Les documents relatifs à l’achat
 Le compromis de vente ou promesse de vente signée
 L’expertise réalisée par un expert agréé de l’organisme choisi

Une ristourne sur le montant des frais de dossier est envisageable si vous avez effectué moins de rendez-vous que prévu. Soyez courageuse et faites la demande à votre banquier. Eh oui, c’est celui qui demande, qui reçoit!1

4- Négocier les pénalités en cas de remboursement anticipé
Il peut arriver et cela est assez fréquent qu’au cours de la période d’emprunt, votre capacité financière s’améliore (une grosse augmentation de salaire, des revenus additionnels importants, la vente de votre bien immobilier…) qui vous encourage à rembourser votre emprunt en une période plus courte que celle prévue. Votre banque réclamera alors des pénalités pour remboursement anticipé à cause de son manque à gagner. Ces pénalités sont stipulées dans le contrat de prêt au moment de la souscription. Vous pouvez négocier ces pénalités en les réduisant jusqu’à 0 dans certains cas si votre banquier vous le consent.
Par ailleurs, n’hésitez pas à négocier la transférabilité de votre prêt, ce qui signifie que vous pourrez utiliser votre crédit pour acheter un autre bien au cas où vous déciderez de vendre le bien actuel. La transférabilité est intéressante puisque vous pourrez faire appliquer le taux d’intérêt du moment de la souscription de votre premier emprunt à un
emprunt plus récent. La transférabilité n’est pas automatique, il faut donc le demander expressément à votre banquier.
Une bonne préparation est nécessaire pour réussir votre passage chez le banquier, préparez bien votre argumentaire pour encourager le banquier à vous bénir par de petites réductions, mais Ô combien importantes sur le long terme.

A bonne lectrice….bénédictions!

Francine

1 Matthieu 7.7 « Demandez et vous recevrez (…) »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.