[Discernement Spirituel] Beyoncé aux Grammy : Inspiration démoniaque ou artistique ?

0

Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point;
Deutéronome 20: 2-5

Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons…
1 Timothée 4:1

Ces derniers temps, j’ai vu beaucoup de commentaires plus ou moins élogieux de la prestation de Beyoncé aux Grammy Awards, certains exhortant ceux qui discernaient l’inspiration démoniaque de Beyoncé à s’instruire. Selon eux, il s’agirait de culture, d’héritage … Notre avis concerne les personnes qui font ou souhaitent faire de la parole de Dieu le fondement de leur vie et ce, en dépit de tout ce que les « amoureux de Beyoncé » peuvent penser !

Pour revenir à notre sujet, la Bible est claire à ce sujet et en tant que FemmEsprit, nous devons, c’est vrai, nous instruire, mais également dénoncer l’inspiration et l’impact que l’esprit qui habite Beyoncé à sur ceux qui l’écoutent. J’ai été surprise de voir Adèle s’excuser de recevoir le prix qui revenait, selon elle, à Beyoncé. Je me suis alors demandé: est-ce que Beyoncé s’est déjà excusée ou a déjà reconnu le travail d’un artiste à la place du sien ? A-t-elle déjà reconnu publiquement le génie d’un artiste excepté elle? Là où tout le monde parlait de sisterhood entre elle et Adèle, je me suis demandé envers quelle artiste féminine Beyoncé a fait preuve de « sisterhood », à part envers sa sœur de sang Solange. Quand je regarde son instagram, je vois qu’elle encourage ses fans à acheter le nouvel album de Solange, mais pas le dernier single de Kelly, ni son livre pour les mamans qui se sentent dépassées. Sisterhood à sens unique ? Là est la question.

Sa prestation démoniaque in « full effect » a fait l’objet de certaines recherches. J’ai choisi de partager avec vous la traduction de l’article du Washington Post qui, bien qu’étant séculier, reconnaît sans aucun doute le syncrétisme ambiant et décadant de cette performance qui, à mon avis, est bien plus spirituelle qu’artistique !

Beyoncé chante pour la 59ème cérémonie des grammys au Staples center le 12 fevrier à Los Angeles.

Elle fit irruption sur scène, ne portant guère plus que son ventre de femme enceinte, ce qui même pour Beyoncé est une déclaration en soi, alors que la société se débat encore avec l’image que doit avoir une femme enceinte qui travaille .
Vanessa Williams a tweeté : « ils n’ont jamais montré mon ventre quand j’étais enceinte, lorsque j’ai chanté ma chanson « save the best for last » qui avait été nominé, faisant référence à sa prestation de 1993 dans une robe noire, ample et bien plus modeste. Ah ! Comme les temps changent.

Sa grossesse fièrement portée n’était pas le seul encouragement à la prise de pouvoir de la maternité. Entre chaque prestation live, des extraits préenregistrés de la chanteuse avec sa mère Tina Lawson et sa fille Blue Ivy (3 générations toutes ornées de jaune ) étaient projetés.

Cette célébration d’amour envers la chanteuse a duré près de 10 minutes et mettait en scène un groupe composé uniquement de femmes, Beyoncé, elle, apparaissant comme la Vierge Marie (et peut-être aussi JESUS), le tout dans une chorégraphie de chaises? peu élaborée? décrite comme étant “volatile,” un “rituel de fertilité de science fiction”, trop bizarre.

Mais ce que ceux qui sont peu coutumiers des cérémonies des grammys ont pu oublier, c’est que tout cet or et ces paillettes devaient servir à un autre but.

Beyoncé leur donnait une leçon. Tout comme pour lemonade et ses photos de grossesse parues en début de ce mois, la prestation de la chanteuse était remplie de références aux déesses africaines, hindous et romaines, qui sont associées à la féminité et la sexualité que Beyoncé a mis en scène dans ses dernières œuvres artistiques.

Tout commença avec une image projetée de Beyoncé ce dimanche soir. La chanteuse était pieds nus et vêtue d’un string bikini doré, d’un long châle en soie dorée qui tombait derrière elle, comme si elle se trouvait dans de l’eau, tout comme dans les 1res images de son album visuel et de ses photos de maternité.

C’est un hommage à l ‘esprit des eaux africaines « Mamie Wata » ou mère des eaux, qui est souvent dépeinte comme un être mi-humain, mi-poisson (sirène) avec de longs cheveux, selon le magazine smithsonian.

Joseph caputo écrit :
Mami wata est connue pour sa beauté, mais elle est aussi belle qu’elle est dangereuse. Ceux qui lui rendent hommage la connaissent comme une déité capitaliste car elle peut apporter le bien (ou le mal) sous la forme d’argent. Cette relation entre l’argent et l’eau prend tout son sens. Elle s’est développée entre le 15ème et 20ème siècle, à mesure que l’Afrique prenait une place plus importante dans le commerce mondial. Le fait que le nom Mami wata vienne de la langue Pidgen ( langue utilisée pour faciliter ce commerce) montre bien l’influence de l’image et de l’identité de cet esprit sur les cultures étrangères.

Peut-être encore plus évidente est sa personnification de Oshun, une déesse des eaux Yoruba, symbolisant la sensualité féminine, l’amour et la fertilité, a déclaré PBS lors de la sortie de son album lemonade.

Oshun, qui s’écrit aussi Osun, est la déesse de l’amour du peuple Yoruba qui habite le sud-ouest du Nigéria et le sud du bénin, selon « Ancient Origins, et est souvent décrite, portant du jaune et étant entourée d’eau.

Oshun règne sur les eaux de la forêt sacrée d’Osun au Nigéria, patrimoine mondial de l’Unesco, niché dans une forêt dense de la périphérie de la ville d’Osogbo.

Ses adorateurs s’y rendent pour lui offrir offrandes et prières.
«Quand vous venez ici et dites à Osun «Je cherche un bébé », vous obtenez un bébé; «Je cherche un mari », vous avez un mari; «Je cherche de l’argent», vous obtenez de l’argent », a déclaré la prêtresse Osafunke Iworo Oshun à CNN l’an dernier. « Tout ce que quelqu’un demande, Osun donnera toujours à la personne parce que c’est important pour la société. »

Beyoncé est également apparue comme Oshun dans « Hold Up », le deuxième single sur son album. Dans cette vidéo, elle porte une robe jaune fluide et émerge de derrière deux grandes portes dorées au milieu d’une vague d’eau.

Amy Yeboah, professeure agrégée d’études Africaines à l’Université Howard, a dit à PBS que dans «Hold Up», la narration visuelle est aussi importante que les paroles. « Elle l’a puisé dans la spiritualité africaine », a déclaré Yeboah à PBS. « Nous voyons cela dans le premier des deux baptêmes et son émergence comme un orisha. » Des représentations montrent Oshun drapée de jaune et portant une coiffe en or.

À un certain moment, ses danseuses l’ont drapé d’un tissu de soie qu’elles ont étendu sur les extrémités, loin de son corps, un hommage à la déesse hindoue Kali qui a de multiples bras et qui est associée à la mort, à la sexualité et à l’amour maternel.

Les fleurs sur scène – ne sont pas sans rappeler les arrangements qui apparaissent dans ses photos de maternité – bouclent dans une essence de Vénus, la déesse romaine de l’amour, du sexe, de la beauté et de la fertilité. Avant dimanche, les photos de maternité de Beyoncé remplissaient son site personnel, entrecoupé de lignes telles que «La mère a un pied dans ce monde et un pied dans le prochain, la mère Vénus noire» et «Vénus m’a inondée», rapporte Pitchfork.

Même Adèle ne pouvait nier les vibrations de Beyoncé, proclamant avec ferveur lors de son discours d’acceptation pour L’album de l’année : «Je vous adore, et je veux que vous soyez ma maman, d’accord. »

Lire l’article en anglais ICI


Au regard de ces différents éléments, ne laissez personne vous dire qu’il s’agit simplement de culture ou d’héritage. L’exemple du jour concerne Beyoncé, mais plusieurs artistes y compris certains qui se disent chrétiens sont « Borderline ». N’oubliez jamais que la musique, vos lectures, vos conversations, sont de la nourriture pour votre âme. Tous ceux qui glorifient explicitement ou implicitement des démons (car Osun, Kaly… sont des démons) en reproduisant les danses, en chantant leurs chansons … les invitent dans leur vie. À vous de faire preuve de discernement FemmEsprit et à dénoncer également cela auprès de vos sœurs et amies. Soyons les gardiennes les unes, des autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.