La génération des élues

0

En décidant de créer mon entreprise, je ne me doutais pas des challenges, des surprises bonnes ou mauvaises qui se dresseraient sur ma route. Parce que mes projets sont inspirés de la foi chrétienne, j’ai décidé de m’intéresser aux prédicateurs anglophones qui ont le plus réussit et dont la vie rime avec succès. Mais en approfondissant mes recherches, je me suis rendue compte que très souvent, ces hommes et ces femmes n’ont pas débuté, là ou je les ai connu.

L’un d’eux en particulier m’a beaucoup interpellé : Bishop TD Jakes. Il a vécu dans une famille humble et quand il s’est marié à sa femme Sérita, il habitait une très petite maison, dans un quartier tout sauf « huppé ». À certains moments, la société d’électricité leur a coupé la lumière; à d’autres, il n’avait plus d’eau courante ou d’eau chaude parce que, comme beaucoup, il a connu des difficultés financières.

Il a commencé son ministère pastoral avec pour seuls brebis sa femme et ses enfants. 20 ans plus tard, il faisait la couverture du New York Times intitulé : Le prochain Billy Graham. Il avait changé de quartier et prospérait financièrement.

Le succès selon le monde n’est venu qu’après environ 15 ans. 15 ans où il a été fidèle à Dieu, 15 ans d’obéissance, 15 ans d’actions de grâce, 15 ans de persévérance dans les pleurs, 15 ans d’étude acharnée de la parole. 15 ans où il a alterné les victoires et les défaites, 15 ans où sa famille a été attaquée … La liste est longue mais, avant de connaître ce succès, Dieu l’a épuré au travers de tout ce qu’il a traversé. Sa foi a été mise à rude épreuve.

Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent. (Matthieu 11:12)

Dans sa génération, Dieu avait certainement appelé plusieurs centaines d’hommes et de femmes pour accomplir des choses merveilleuses en son nom. Mais, tous n’ont pas persévéré. Tous, n’ont pas obéi et beaucoup se sont très certainement découragés ou ont refusé de sortir de la zone de confort pour embrasser la route incertaine menant à leur destinée en Christ. Beaucoup aiment le concept de l’élection , les bénédictions , et ce à quoi l’élection ressemble mais oublie le processus.

La génération des élues, est celle qui ne lâche rien et qui persévère jusqu’à l’accomplissement. C’est celle qui s’entraîne seule dans sa chambre à la prédication, au chant, à une présentation financière en attendant que Dieu ouvre une porte.

C’est celle pour qui abandonner n’est pas une option quelles que soient les circonstances. Alors, fais-tu partie de la génération des élues ou des appelées ?

Medhie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.